Posts avec l'étiquette linux:

CentOS : Go to Stream

Red Hat a pris la décision de faire de CentOS une rolling release après la version 8, la fameuse “Stream”. Qu’on soit d’accord avec ça ou pas, ce n’est pas le but de ce petit billet. En revanche, je vous ai concocté un script pour faire muter votre CentOS. Pour changer, je vous balance le script entier d’abord : #!/bin/sh if [[ $UID != 0 ]] then echo "Not root, fuck off" fi dnf upgrade -y dnf install -y centos-release-stream dnf distro-sync -y echo cat /etc/os-release exit 0 En toute simplicité, il check d’abord si on est root ou non.

Une autre façon de cacher ses fichiers sous GNU/Linux

Jusqu’à présent, cacher mes fichiers était vite fait : je les renommais avec un “.” devant leur nom et basta. Je suis tombé aujourd’hui sur une autre façon de faire que je vous partage. Il suffit de créer un fichier texte dans le répertoire dont on souhaite cacher des fichiers/sous-répertoire et le nommer .hidden. Dans ce fichier, il faut simplement écrire un nom de fichier/répertoire par ligne. ➜ ~ cat .hidden perl5 snap ➜ ~ ls Bureau dev images perl5 snap Téléchargements Fermez votre navigateur de fichier, rouvrez-le et vous ne verrez plus les répertoires/fichiers dont les noms sont écrits dans votre fichier .

L'interprétation de dpkg --list

dpkg est, comme tous le savent, un formidable outil de gestion des paquets sous les distributions GNU/Linux bien connues Debian, Ubuntu mais également d’autres, qui d’ailleurs sont basées souvent sur l’une des deux. On discutait hier avec l’ami Carmelo des statuts des paquets que nous donne la commande dpkg -l ou dpkg --list. J’en connaissais 2 ou 3 mais je me suis rendu compte que je ne m’étais jamais intéressés aux autres, donc j’ai creusé un peu les manpages et je partage le résultat de mes recherches ici. Un paquet listé par dpkg -l est défini par deux composantes qui sont les deux lettres sur les deux premières colonnes de la sortie de la commannde.

GnuPG --include-key-block/--auto-key-import

GnuPG a livré le 20 mars (de cette merveilleuse année 2020 qui a si bien commencé) la version 2.2.20 de son logiciel. Ce n’est pas mon habitude de faire des articles à chaque fois qu’une communauté ou quelqu’un livre une nouvelle version de son produit. Mais dans cette version, ils ont ajouté quelque chose que j’attendais depuis très longtemps, et ça m’a tellement fait plaisir que j’ai pondu ces quelques lignes pour partager ma joie. C’est beau non ? Le concept de base : chaque fois qu’on envoie un document signé avec notre clef à quelqu’un pour la première fois, il faut qu’elle aille chercher notre clef sur un serveur public.

Utiliser Kubernetes en local

Kubernetes, ou k8s, est un des grands topics du moment pour les devops. Mais concrètement, c’est quoi ? Ce n’est pas si compliqué, c’est un orchestrateur de conteneurs. Pour faire simple: vous avez déjà joué avec Docker, lancé un conteneur ici et là, linker un conteneur à un autre, et j’en passe… Hé bien, Kubernetes est un peu le maître d’orchestre de tout cela : il permet de gérer à votre place le déploiement de grappes de conteneurs, leur mise en oeuvre ainsi que leur scalabilité, le tout automatiquement. Il fonctionne avec plusieurs systèmes de conteneurisation mais est tout de même beaucoup utilisé avec Docker.

Finally, Archlinux

Presque un mois sans article, voilà qui n’est pas mon habitude. Mais bon, novembre a été un mois plus que chargé, autant niveau pro que perso. Soit dit en passant, j’écris plus pour le plaisir de partager que pour un nombre de vues de page ou je ne sais quoi. Donc la régularité, hein… Allez, on s’y jette. J’ai testé durant ce mois bon nombre de distributions sur mon laptop perso, par envie de changement et de tester un peu quelque chose de moins “assisté” et surtout de plus malléable que Debian, Ubuntu, CentOS et consorts. Je suis même allé jusqu’à tester FreeBSD pendant une semaine, c’est vous dire.

Heic2jpg

En ce moment je me dégooglise (full article to come soon), et un des services que j’utilisais beaucoup était Google Photos, donc je traite pas mal de photos. Malheureusement, un des formats que Google Photos me sort est le heic. Je ne connaissais pas ce format, donc je sors mon ami #DDG et me documente. Il s’agit d’un format nommé HEIF, pour High Efficiency Image Format, et c’est notamment utilisé par les derniers Android et par l’iPhone à la prise de photo. En gros, des photos d’une plus haute résolution à un poid moindre qu’un JPEG. Certains diront donc que c’est mieux qu’un JPEG.

i3 : Mon DE préféré

i3 est un desktop manager léger mais pourtant extrêmement fonctionnel dont la principale qualité est de proposer un tiling parfait. C’est à dire qu’en tout temps, vos fenêtres ne se superposent pas. Vous disposez néanmoins de bureaux virtuels pour pouvoir être efficace au maximum et laisser certaines fenêtres (au hasard, vscode) utiliser tout votre écran. Il vient avec une configuration plutôt simpliste puisque située entièrement dans un fichier plat : ~/.config/i3/config. De base, tout se fait via la touche nommée $mod dans la nomenclature i3, c’est à dire soit Alt, soit Win, cela est choisi au premier démarrage du DE.